Dimanche, 14 Février 2016

Partager cet article



L'inauguration du Parc OL (photos)
Écrit par Viv    Dimanche, 10 Janvier 2016 15:54   

 

Revivez la soirée d'inauguration du Parc OL du 9 Janvier 2016, qui marquera le début d'une nouvelle ère pour le club. Ce nouvel écrin est impréssionant, beau, bien personnalisé avec une acoustique plutôt sympa pour les supporters.


Enfin, la disposition des tribunes à raz du terrain et inclinées plus verticalement qu'à Gerland offre une super expérience à tous les fans de l'OL !


Grâce à ces nouveaux équipements et toujours aidé de son Académie OL, l'Olympique Lyonnais compte bien bâtir une équipe capable d'avoir une réelle ambition parmi le top 20 Européen.

 

 

 

La vue du Virage Nord depuis le terminus du Tram

 

 

 

Le Virage Nord avec OL Store devant l'Allée des Lumières

 

 

 

La vue depuis l'accès aux tribunes, derrière le Virage Sud

 

 

 

Le Parc OL, vu depuis le Bloc L du Virage Sud Supérieur. En face ,tout le virage Nord est réservé aux Bad Gones

 

 

 

Tribune Ouest

 

 

 

Tribune Est

 

 

 

1ère mi-temps

 

 

 

2ème mi-temps

 

 

 

Will.I.Am en concert après le match

 

 

 

Will.I.Am en concert après le match

 

 

 

Vue du Parc OL de nuit, devant l'Allée des Lumière

 

 

Add a comment


Mis à jour ( Dimanche, 10 Janvier 2016 17:05 )
 
OL - Zenit : La fin des haricots (verts) en attendant le derby
Écrit par Benoit Drevet    Jeudi, 05 Novembre 2015 09:34   

Le baromètre du match

Après la défaite de l'OL sur sa pelouse face au Zenit (0-2), l'OL se retrouve en grande difficulté à la dernière place de son groupe avec seulement 1 point pris en quatre matches.

 

LES FLOPS :


Mapou Yanga-M’Biwa (2) : Que dire sur la performance catastrophique du défenseur central lyonnais qui apparait de plus en plus comme une énorme erreur de casting des dirigeants lyonnais durant le mercato. 10 millions d’euros pour un joueur qui a d’incroyables sautes de concentration incompatible avec l’exigence du haut niveau. Son manque d’agressivité et sa maladresse incroyable avec un gros raté devant la cage vide en 1ère mi-temps et une glissade sur le premier but. Aux abonnés absents. Pourra bientôt jouer au président avec Bako Koné, Lindsay Rose, Arnold Mvuemba et Rachid Ghezzal : on à hâte de savoir qui est le trou du… restons poli.

Hubert Fournier (2,5)
est sympathique mais comment ne pas le critiquer devant la triste performance de l’OL ce soir et plus généralement depuis le début de la Ligue des champions et même de ce championnat même s’il ne faut pas oublier sa belle saison dernière. Si , sur le terrain c’est l’OL qui possède le ballon (64%) et qui tente le plus (22 frappes à 7 mais seulement 7 tirs cadrés à 6 (!!)), les Lyonnais  manquent cruellement d’inspiration, comme d’habitude depuis un certain temps. Certes Lyon a mis du sien dans le match, mais le coach lyonnais semble lui aussi manquer d’inspiration tactique. Des latéraux esseulés, des mouvements pas complémentaires devant, une défense pris facilement à partie sur les contres, un meneur de jeu sans influence... Alors oui, la faute est aussi imputable aux joueurs mais Hubert Fournier doit réagir devant les difficultés récurrentes rencontrées dans le jeu par l’OL. Oui Nabil Fekir manque énormément mais on ne peut pas réduire à l’absence d’un joueur la difficulté de tout un groupe. Le vestiaire qui grince, le recrutement qui couine, Hubert Fournier a aussi une part de responsabilité dans ce fiasco de début de saison. La deuxième place en Ligue 1 semble être un trompe l’œil tant le niveau de la Ligue 1 paraît pauvre et tant l’OL bénéficie de circonstances favorables depuis le début de saison. Pour finir, Hubert Fournier a souffert de la comparaison face à André Villas-Boas, prêt à bondir de son banc de touche à la moindre faute de concentration. La passivité de Fournier semble rejaillir sur l’équipe entière sur le terrain, un entraineur guerrier fait de ses joueurs des combattants, un entraineur avachi… silence, c’est vache.

Claudio Beauvue (3)
: On pourra dire que Claudio se bat mais il lui manque d’être capable franchir un palier pour pouvoir jouer à ce niveau. A 27 ans, cela ne semble pas réalisable et Air Beauvue manque cruellement de complémentarité avec le secteur offensif lyonnais. Il semble jouer à contre-temps et errer sur le terrain sans savoir quoi faire et on ne parle pas de quand il a le ballon… beaucoup de mauvais choix.

Alexandre Lacazette (4) : Qu’arrive-t-il au meilleur joueur et buteur de Ligue 1 la saison passée ? Serait-il parti en vacances, laissant son jumeau jouer à sa place ? Il souffre en tout cas clairement d’un gros manque de confiance. En témoigne ses nombreuses frappes ratées, trop écrasées ou pas cadrées, et son jeu est devenu trop statique, reculé et stéréotypé. Fekir n’est pas là ? Un seul être vous manque et tout est dépeuplé…

Mathieu Valbuena (4) : On attend beaucoup plus d’un joueur international français, qui plus est titulaire, dans un match de Ligue des champions. Malheureusement et c’est une constante depuis le début de saison, Petit Vélo ne pèse pas assez sur le cours des rencontres, n’est pas décisif et ne semble pas s’adapter à sa position de meneur axial qui ne lui convient clairement pas.

Corentin Tolisso (4,5) : Sans être mauvais, Coco n’a pas encore atteint le niveau nécessaire pour surnager en Ligue des champions. Le joueur de 21 ans a le temps de progresser,  ne soyons pas impatient, mais combiné à un manque de confiance criant avec à la clé un déchet inhabituel dans ses frappes et ses transmissions, cela fait beaucoup pour pouvoir tout oublier. Une occasion vendangée en 1re mi-temps, il doit et peut faire mieux. Au regard de sa prestation, on se dit qu’un Clément Grenier en pleine forme ne serait pas de trop dans cet équipe.

Samuel Umtiti (4,5) : Pas énorme, un peu dépassé sur les deux buts, il faut l’admettre. Mais Samuel ne peut pas faire le travail de deux joueurs à lui tout seul, surtout en C1. Milan Bisevac doit lui manquer. Match plutôt honnête sinon même s’il a souffert sur les duels aériens avec le géant Dzyuba, on se demande d'ailleurs s'il en a remporté ne serait-ce qu'un seul mais pour un défenseur de sa taille (1,81m) ce n’est pas étonnant.

LES MI-FIGUES, MI-RAISINS :


Sergi Darder (5) : Le jeune milieu espagnol manque encore d’influence sur le jeu lyonnais et n’est pas encore pleinement dans son assiette dans le dispositif lyonnais avec la barrière de la langue qui se fait toujours sentir. Pour autant, lorsqu’il touche le ballon, Sergi montre qu’il a du talent. Passes éclairés dans le sens du jeu, même si la complémentarité manque encore par rapport au timing des appels des attaquants lyonnais, frappes sèches et limpides, agressivité… Il ne serait pas étonnant qu’il prenne de plus en plus d’envergure au cours des prochains mois et finisse par devenir un maillon essentiel du milieu lyonnais. Sans doute le bon coup du mercato lyonnais si l’on mise sur lui à moyen terme.

Maxime Gonalons (5,5) : Sans doute le meilleur match européen cette saison de capitaine Max. Dommage qu’il se fasse expulser à la 72ème mais à 0-2 le sort du match semblait jeté. Gonalons a retrouvé une envie de guerrier, qui lui coûte son exclusion sur un 2ème jaune mérité suite à une faute maladroite où Danny lui met un vent d’une magnifique roulette. Le 1er carton est plus discutable. Surtout, il a tenté et n’a pas connu trop de déchet, contrairement à ses prestations de ces derniers mois, grattant de nombreux ballons.

LES TOPS :


Christophe Jallet (6) : Tout comme pour Bedimo, Jaja s’est dépensé sans compter. Avec son expérience, son envie et sa niaque, il a perturbé l’équipe du Zenit. Ne lui reste plus qu’à être plus précis dans le dernier geste. Battu au marquage sur le 1er but de Dzyuba qui lui file entre les doigts sur son appel, ce qui ternit un peu sa prestation, même si c’est toute la défense lyonnaise qui est coupable sur ce but.

Henri Bedimo (6,5) : Il a couru comme un dératé tout le long du match, s’est montré dangereux en provoquant ses vis-à-vis, en centrant de nombreuses fois et en déclenchant deux grosses frappes dont une sur la barre. Alors oui, Bedimo a laissé quelques trous derrière lui mais comment lui en vouloir lorsqu’on voit à quel point il a donné du sien, en étant un des seuls à bouger cette équipe du Zenit. Morel peut s’attendre à réchauffer le banc ces prochains temps.

Anthony Lopes (7) : Comme trop souvent ces derniers temps, le meilleur lyonnais. Sur les deux buts encaissés il ne peut rien. Par contre il est décisif à plusieurs reprises en repoussant un coup-franc d’Hulk et en réalisant deux sorties kamikazes dans les pieds de Danny et de Shatov. Ce dernier venait alors d’humilier Yanga-M'Biwa… Lopes sauve l’honneur de l’OL ce soir, qui aurait pu avoir les fesses encore plus rouges, car oui, les Russes, eux sont réalistes.

Zenit St Petersbourg (7,5) : Mention spécial au champion de Russie, et à son entraîneur Villas-Boas. Adepte d’un football réaliste, ultra rapide en contre, avec une défense solide et un sens tactique presque italien (comprendre chirurgical), on sent cette équipe menée de main de maître mais on sent aussi des joueurs matures, techniques, complémentaires et intelligents. Hulk, Witsel, Dzyuba, Danny, Javi Garcia, Criscito, Neto, Lombaerts, Lodygin… Les 3/4 des membres de cette équipe étaient un ton au dessus des lyonnais. Une victoire logique donc. Gare à ne pas les prendre à la légère dans cette Ligue des champions. Un Zenit-PSG en 1/8ème pourrait être l’occasion de voir qui du champion de France ou de Russie est le meilleur, et ce n’est pas une blague tant les Russes impressionnent dans cette C1.Reste que l’opposition lyonnaise, bien que valeureuse, n’était pas des plus consistantes.  Et quand on sait le Zenit en difficulté en Russie (à 10 points du CSKA), il y a de quoi tirer la sonnette d’alarme car le football français qui se targue de faire partie du big five européen ne sera bientôt plus que 7ème en réalité.


LES REMPLACANTS :


Maxwell Cornet (7)
: Quelle rentrée pleine d’envie ! En moins de 20 minutes, il a plus bougé la défense adverse que Lacazette, Beauvue et Valbuena sur l’ensemble du match. Il mêle puissance, technique et vitesse. Dommage qu’il ne se soit pas mis en position de frappe. Un futur grand talent à n’en pas douter.

Rafael (6) : Belle rentrée du brésilien qui s’est mis au diapason de l’équipe lors de la dernière demi-heure. On a senti qu’il a voulu montrer qu’il a le niveau, sans doute boosté par la concurrence féroce avec Jallet et par son envie de ne pas subir le match. Technique et agressif, il a assuré et apporté du mouvement en attaque, tentant d’insuffler un vent de révolte parmi les troupes. A revoir.

Jordan Ferri (4,5) : Transparent ou presque, il n’a pas eu le temps de peser en quoi que ce soit sur le jeu lyonnais. Mais aurait-il pu changer le cours du match en jouant titulaire ? Vu son entrée pas vraiment fracassante, ce n’est pas dit.


LE CHIFFRE :


21% : le pourcentage de chance de l’OL de se qualifier pour l’Europa League. Et si les carottes ne sont pas cuites pour un éventuel 1/8e de finale de C1, difficile d’y croire alors que Lyon n’a pris qu’un point en 4 matches, d’ailleurs aucun club n’a jamais réussi cet exploit improbable.

 


Benoit Drevet (@DrevetB)

Add a comment


Mis à jour ( Jeudi, 05 Novembre 2015 19:48 )
 
Une fuite du maillot third de l'OL
Écrit par Viv    Jeudi, 03 Septembre 2015 13:38   



EXCLU
- Une info n'a pas échappée à nos confrères anglais de Footy Headlines. Ce mercredi, les équipes de la communication de l’UEFA ont produit un visuel montrant tous les maillots des équipes engagées en Ligue des champions 2015-2016. Sûrement par erreur puisqu'il a été retiré depuis. Nous pouvons donc y voir les modèles « third » qui n’ont pas encore été dévoilés, dont celui de l’OL en France.



 


A l'aide de cet indice, les équipes de Footy Headlines ont reproduit le maillot third de l'OL qui devrait être dévoilé à l'entrée dans le Grand Stade. Un maillot uni blanc avec des éléments dorés et des petites bandes rouges sur le bas :

 

 


Alors les Gones, un avis sur ce maillot ?


Add a comment


Mis à jour ( Jeudi, 03 Septembre 2015 14:58 )
 
Un mercato plein de promesses pour l’OL
Écrit par Benoit Drevet    Mercredi, 02 Septembre 2015 22:17   



La période des transferts pour l’été 2015 terminée, il est temps de faire un point sur le mercato des Gones. L’article est ouvert au débat, n’hésitez pas à voter et à laisser votre avis.


Cela faisait longtemps que l’Olympique lyonnais ne s’était pas montré si actif lors d’un mercato. Avec un total de huit arrivées, ce qui constitue le record du club depuis le début des années 2000, le mercato de l’OL a été plus musclé que prévu. En injectant 35,75 millions d’euros dans le marché des transferts, Jean-Michel Aulas en a fait le 6e mercato le plus prolifique de l’histoire du club en termes d’investissement. Lyon a seulement fait mieux en 2009 avec 72 millions d’euros dépensés hors bonus, en 2007 (61 M€), en 2005 (50 M€), en 2008 (45,5 M€) et en 2000 (43 M€). Pourtant peu l’aurait cru début août, alors que le club n’avait récupéré que deux joueurs : Jérémy Morel, arrivé libre de l’OM pour concurrencer Bedimo à gauche de la défense et Claudio Beauvue, en provenance de Guingamp, pour apporter une solution viable de rotation à Fekir et Lacazette. Beauvue ayant coûté la somme de 4,5 M€ (+ 3 M€ de bonus). Lyon venait à ce moment là de réaliser son plus gros investissement depuis 2010 et l’arrivée d’un certain Yoann Gourcuff pour 22 millions d’euros (+ 4,5M€ de bonus). Depuis lors, Lyon s’était tenu à des transferts ne dépassant pas les 3 M€.



Des nouvelles ambitions pour l’OL


C’est simple, lors des trois dernières semaines du mercato, l’OL a réalisé quatre nouvelles opérations plus onéreuses que n’importe quel transfert depuis 5 ans. Il y eut d’abord les venues de Valbuena, Mbiwa et Rafael. Des joueurs pour lesquels Aulas a dépensé respectivement 5 M€, 8 M€ (+ 2 M€ de bonus) et 3 M€. Rafael étant mis en concurrence avec Jallet, Mbiwa étant le défenseur central tant attendu sachant que Nkoulou est resté bloqué à Marseille et Valbuena débarquant pour pallier la blessure de Grenier. De quoi prouver les nouvelles ambitions du club à l’orée d’une saison comportant deux échéances importantes : l’arrivée dans le Grand Stade prévue pour la mi-saison et le retour en Ligue des champions. Un come-back qui se fera dans une poule ouverte puisque aucun club ne semble imbattable. Les deux premières places devant certainement se jouer entre le Zénith Saint-Pétersbourg , Valence et l’OL. En plus du recrutement de ces cinq joueurs, l’effectif lyonnais s’est enrichi de trois jeunes joueurs évoluant au milieu de terrain dans les derniers instants du mercato alors qu’Aulas déclarait quelques jours plus tôt que Lyon ne recruterait plus. Il faut donc croire que le tirage de la C1, clément pour l’OL, a aiguisé les appétits dans la cité de la gastronomie. Le plus expérimenté de ceux-ci est l’Espagnol Sergi Darder, un relayeur, arrivé de Malaga pour 12 M€ après un forcing de haute volée des dirigeants lyonnais, contraint de payer 4 M€ de plus que le prix négocié auparavant à cause de l’intervention d’un fond d’investissement propriétaire de la moitié des droits de l’international espoir espagnol.



Kemen et Tousart, deux paris


Les deux autres, milieux défensifs, sont deux grands espoirs français de 18 ans encore méconnus du grand public : Lucas Tousart et Olivier Kemen. Le premier est destiné à être le second d’un Maxime Gonalons évoluant depuis des années sans remplaçant attitré. Seul joueur surclassé en équipe de France U19 (où évolue les deux Lyonnais Maxwel Cornet et Mouctar Diakhaby) lors de l’Euro U19 cet été, il était désiré depuis de nombreuses semaines et a été arraché in extremis à VA pour 2,5 M€ (hors incentives). Quant à Olivier Kemen, le capitaine de cette équipe de France U19, il avait été contacté lorsque Tousart semblait bloqué par Valenciennes. Malgré la signature du Valenciennois, Lyon, flairant sans doute le bon coup, a décidé de faire d’une pierre deux coups. D’autant que Newcastle n’a réclamé que 750 000 euros pour Kemen, recruté à l’âge de 16 ans au FC Metz par les Magpies. Toutefois, ces deux joueurs ont une expérience du haut niveau relativement limitée et ne devraient pas être des éléments clés du groupe cette saison. Lucas Tousart n’a disputé que 19 matches de Ligue 2 avec VA alors qu’Olivier Kemen n’a jamais joué en Premier League. Ils sont des paris pour l’avenir et devraient commencer leur carrière lyonnaise avec l’équipe réserve. Le président lyonnais qui souhaitait “voir arriver un deux joueurs pour renforcer l’équipe dans le futur et immédiatement celle de la Youth League“ est donc servi, lui qui aimerait que cette compétition soit une vitrine pour prouver la qualité de son centre de formation.

 


Sergi Darder annoncé comme un futur crack


A contrario, Sergi Darder apparait comme le gros coup du mercato lyonnais. Peu connu en France, il est considéré comme un futur milieu de terrain de l’équipe d’Espagne. Ce n’est pas pour rien qu’il était suivi par l’AS Roma, l’Inter ou Porto. Il a d’ailleurs fait parti de l’équipe type 2013/2014 des jeunes espagnols les plus prometteurs. Pour Bernard Lacombe “ce sera certainement un très, très, très grand joueur“. Le directeur sportif des Gones s’est entretenu à son sujet avec son homologue du Real Madrid vendredi dernier lors du tirage de la C1 : “Emilio Butragueño m’a dit le plus grand bien de ce joueur… il pensait d’ailleurs que nous n’arriverions pas à l’arracher à Malaga“, a-t-il expliqué au micro d’OL TV. Preuve de son importance pour Malaga, son ancien entraineur, Javi Garcia, s’est emporté devant les médias espagnols en apprenant sa vente : “j’apprends qu’il a été transféré. C’était un joueur capital. Je n’y comprends rien. Comment peut-on vendre 12 millions un joueur dont la clause libératoire est à 40 ?“. Agressif défensivement au point de prendre pas mal de cartons (10 jaunes et 1 rouge l’an passé), très à l’aise techniquement et possédant une belle vision du jeu, Darder est un titulaire en puissance. Il sera un sérieux concurrent pour Jordan Ferri ou encore Gueïda Fofana si celui-ci retrouve son niveau le jour où il reviendra sur les terrains. Onzième transfert le plus cher de l’histoire du club, à égalité avec Eric Carrière, l’arrivée de Sergi Darder devrait faire de l’ombre à Arnold Mvuemba et Steed Malbranque, qui ne devraient, du coup, pas beaucoup plus jouer que Lucas Tousart ou Olivier Kemen. De l’autre côté du losange, Corentin Tolisso semble pour le moment plus tranquille, du moins jusqu’au retour de Clément Grenier. L’Espagnol de 21 ans qui a signé jusqu’en 2020, a des statistiques on ne peut plus parlantes : avec 64 matches disputés lors des deux dernières saisons il a été à la fois le Malagueño le plus utilisé mais aussi celui qui possédait le meilleur ratio de passes réussies en Liga (80, 9%). Plus impressionnant encore, lorsqu’il était présent sur le terrain Malaga a remporté 37,5% contre 14,3% en son absence selon Sport365. Sergi Darder doit donc apporter une vraie valeur ajoutée à l’OL. Il a le profil pour être l’une des révélations de l’année en Ligue 1.

 


Valbuena, Rafael, Mbiwa, des internationaux pour la C1

 

La stratégie lyonnaise de ces dernières années reposait principalement sur l’apport de jeunes du centre de formation face au manque de moyens de l’OL qui a cumulé près de 155 M€ de pertes depuis 2010, sans compter les 450 M€ en fond propre investis dans le stade. Avec le départ progressif de tous les anciens gros salaires du club, les efforts faits par la direction lyonnaise ont payés puisqu’un retour à l’équilibre est envisagé pour 2015-2016. Mieux encore, l’OL s’est qualifié pour la lucrative Ligue des champions qui assure une recette minimale de 20 M€ aux participants, sans compter les droits TV. Face aux limites de la jeunesse, que l’on a pu observer lors de la débâcle face à Arsenal (6-0), il a été décidé en interne de renforcer l’équipe en privilégiant l’expérience. La moyenne d’âge de l’effectif n’était que de 24,5 ans l’an passé, soit le deuxième effectif le plus jeune de France après l’OM selon sportune. Ainsi, Mathieu Valbuena (ex-Dynamo Moscou – 30 ans – 67 matches en Coupe d’Europe), Rafael (ex-Manchester United – 25 ans – 29 matches en Coupe d’Europe) et Yanga-Mbiwa (ex-AS Roma – 26 ans – 23 matches en Coupe d’Europe) ont été recrutés. Si l’histoire ne dit pas encore s’ils réussiront au sein de la capitale des Gaules, ils ne sont plus à présenter et sont tous trois internationaux, ce qui constitue tout de même une garantie minimum vis-à-vis de leur niveau.

 


L’OL n’a pas oublié de prolonger ses cadres


Et si six des huit arrivées n’ont eu lieu qu’en août, c’est aussi parce que le mercato lyonnais a été mené en deux phases par les dirigeants lyonnais. En effet, en juillet JMA s’est attelé à prolonger la plupart des meilleurs éléments de la saison dernière. L’idée étant d’éviter d’aiguiser les appétits à l’étranger mais également d’anticiper pour empêcher de futurs départs gratuits à l’image de ce qu’a connu l’OM cet été avec la fin des contrats d’André Ayew, Gignac ou Morel. Il aurait été compliqué pour Lyon de laisser filer ses talents, même contre de juteuses propositions : la stratégie de développement sportif de l’OL, celle de miser sur sa jeunesse, aurait été tuée dans l’œuf. La plupart des jeunes lyonnais arrivent peu à peu à maturité sachant qu’ils ont développé de nombreux automatismes entre eux depuis le centre de formation. “On a une génération incroyable… On est bien parti pour montrer que cette génération a envie de continuer l'aventure ensemble“, déclarait d’ailleurs Aulas sur le site officiel de l’OL fin juillet. C’est un pari réussi pour le patron des Gones puisque Jordan Ferri, Samuel Umtiti, Nabil Fekir, Anthony Lopes, Clément Grenier, Corentin Tolisso ont tour à tour prolongé. La politique du club a ensuite été définitivement validée avec l’extension jusqu’en 2019 du bail d’Alexandre Lacazette, meilleur joueur et buteur de Ligue 1 la saison passée, suite à un feuilleton qui aura connu de nombreux rebondissements.

 


Avec 36,5 millions d’euros de plus dans les caisses, ce mercato ne coûte rien à l’OL


Pour éviter un exode massif, notamment du côté d’une Premier League de plus en plus puissante financièrement, et pouvoir ensuite consolider l’équipe sans devoir faire face à des départs imprévus, Lyon a réussi le tour de force de garder l’intégralité de ses pépites. Toutes à l’exception de Clinton Njie, vendu à Tottenham de fort belle manière pour un joueur pas toujours titulaire l’an passé. Il rapporte 14 millions d’euros sans oublier 3 millions de bonus éventuels. D’autres parleront aussi de la perte de Mohamed Yattara, Yassine Benzia, Medhi Zeffane ou Farès Bahlouli mais force est de constater que ces joueurs n’avaient pas réussi à devenir des joueurs majeurs de l’équipe. Ils ont donc été vendus pour des sommes comprises entre 1 et 3,5 M€ mais Lyon n’a pas oublié d’inclure des clauses d’intéressement en cas de revente. Un moyen de pérenniser les ressources du club comme le prouve le cas Anthony Martial. Le jeune attaquant de 19 ans, formé à Lyon, vient d’être vendu pour la modique somme de 50 M€ (+ 30 M€ de bonus) par Monaco à MU. L’OL qui possédait une clause permettant de toucher “une vingtaine de pourcent à la revente sans oublier les 5% liés à la formation“ dixit JMA, devrait donc toucher 12,5 M€ (+ 7,5 M€ éventuel). Une plus value conséquente qui fera certainement oublier les 5 petits millions d’euros de sa vente en 2013 qui avaient fait s’étrangler quelques supporteurs sur les forums et les réseaux sociaux. Martial, aucune sélection à ce jour en équipe de France, c’est donc 17,5 M€ rapportés à l’OL pour 4 matches joués en pro sous le maillot rouge et bleu en attendant des bonus éventuels. Stupéfiant ! Les Lyonnais pourront remercier le sens des affaires des Monégasques. Si l’on ajoute la vente de Bakary Koné pour 2,5 M€ à Fulham, considérée comme actée par l’OL quitte à aller devant les tribunaux, le club qui a obtenu 24 millions d’euros hors bonus cet été en vente direct, touche un petit pactole de 36,5 millions d’euros. La balance transfert est donc légèrement positive pour Lyon. Avec l’argent de la C1, cela assure d’emblée des comptes dans le vert pour la saison 2015-2016 et ceci pour la première fois depuis 2009.



Le véritable objectif d’Aulas : remplir le Grand Stade


Un départ participera également à la remise en forme des comptes et du médecin : celui de Yoann Gourcuff. Bien que son talent soit indéniable, le Breton, arrivée en rockstar en 2010 en a fini avec son aventure lyonnaise, son contrat se finissant en juin dernier. Malgré lui, il risque de symboliser pendant longtemps les années moins fastes de l’OL. Et ce n’est pas son prix d’achat, son salaire mirobolant et sa vingtaine de blessures en cinq ans qui feront taire les mauvaises langues. Au rayon des départs on n’oubliera pas non plus Mouhamadou Dabo, parti libre lui aussi mais qui ne laissera pas un souvenir impérissable. Pour les joueurs sortant de l’effectif ce devrait être tout : Lindsay Rose, Arnold Mvuemba et Rachid Ghezzal ne bougeront pas, sauf offres improbables des pays du Golfe. Ils pourraient demander à partir en janvier, étant donné leur faible perspective en termes de temps de jeu. Pour sa dernière saison, Steed Malbranque, exemplaire pour sa conduite, ne devrait pas trop broncher. Il bouclera la boucle dans le nouveau stade de l’OL, une belle récompense pour celui qui à déjà disputé 645 matches en professionnels et qui disputera sa 8e saison lyonnaise. Comme dans tous les grands clubs, la concurrence permettra aux meilleurs de jouer, pas sûr que les derniers cités en sortent gagnants. Avec 32 joueurs sous contrat, dont 12 internationaux A, l’effectif de l’OL est conséquent en qualité et en quantité. La touche “made in Lyon“ reste présente avec 17 joueurs formés au club, soit 53% de l’effectif. Le mercato lyonnais apparait donc judicieux, mêlant jeunesse et expérience, avec les prolongations des cadres, les arrivées qui semblent être de véritables plus values sportives et des départs maitrisés. L’émulation créée, assortie aux nouvelles perspectives financières et sportives du club, devraient permettre aux supporteurs de se remettre à rêver. Et donc d’attirer la foule au Grand Stade et cela, Jean-Michel Aulas l’avait assurément calculé.



L’avis du rédacteur
: Le mercato 2015 affiche de belles promesses et permet aux Lyonnais de prétendre jouer sur tous les fronts. Évidemment, un titre sera difficile à aller chercher cette année, sauf peut-être dans les Coupes nationales, le fossé avec les grands d’Europe et le PSG qui dépensent des centaines de millions d’euros chaque année est béant. Toutefois, la manière dont le mercato a été mené, alors que l’OL n’a pas encore pris possession de son nouveau stade et des ressources qui vont avec, conjuguée avec la belle saison de l’an dernier, permettent de croire en de belles perspectives pour les années à venir. L’effectif est équilibré, tous les postes sont doublés, voire même triplés au milieu où certains comme Malbranque, Ghezzal et Mvuemba ne devraient même plus apparaître sur les feuilles de match. Il faut espérer pour l’Olympique lyonnais que cela ne perturbera pas l’équilibre de l’équipe. Si les recrues parviennent à bien s’intégrer humainement et sportivement et que le collectif retrouve les automatismes de la saison passée, l’OL pourra faire mal à bien des équipes et créer des surprises. En définitive, le club s’est donné la possibilité d’exister sur la scène nationale et continentale et d’espérer raisonnablement jouer un 1/8e de finale de Ligue des champions en 2016 dans son futur stade. Reste que ce n’est pas sur le papier que les exploits se font mais sur le terrain. À Hubert Fournier et ses hommes de prouver aux dirigeants et aux supporteurs qu’ils ont raison d’avoir confiance en eux.

 

Bilan Transferts

Arrivées : Morel (Marseille : fc) – Yanga-Mbiwa (AS Roma (Ita) : 8 M€ + 2 M€ de bonus) – Beauvue (Guingamp : 4.5 M€ + 3 M€ de bonus) – Valbuena (Dynamo Moscou (Rus) : 5 M€) – Sergi Darder (Malaga (Esp) : 12 M€) – Tousart (Valenciennes (L2) : 2,5 M€ + 0,5 M€ de bonus) –Rafael (Manchester United (Ang) : 3 M€) – Kemen (Newcastle (Ang) : 0,75 M€) = 35,75 M€ (hors incentives)


Départs
: B.Koné (Fulham (Ang): 2,5 M€) – Dabo (fc) – Gourcuff (fc) – Yattara (Standard Liège (Bel)  : 2 M€ + 0,5 M€ de bonus) – Zeffane (Rennes : 1 M€ ) – Bahlouli (Monaco : 3,5 M€) – Frick (FC Biel/Bienne (Sui) : fc) – S. Koné (fc) – Njie (Tottenham (Ang) : 14 M€ + 3 M€ de bonus) – Benzia (Lille : 1 M€) = 24 M€ (hors incentives)


Prêt
: Nganioni (Utrecht (Hol))


Bonus
: Martial (Monaco vers Manchester United pour 50 M€ + 30 M€ de bonus) = 12,5 M€ + 7,5 M€ de bonus (intéressement de 20% sur la revente et de 5% au titre de club formateur)


Total
hors incentives = -35,75 M€ + 36,5 M€ = 0,75 M€

 

L'effectif

Le onze type : Lopes-Jallet-Mbiwa-Umtiti-Bedimo-Gonalons-Darder-Tolisso-Valbuena-Fekir-Lacazette


Le onze bis : Gorgelin-Rafael-Bisevac-Rose-Morel -Fofana-Ferri-Mvuemba-Grenier-Beauvue-Cornet


Et aussi : Mocio-Ngouma-Diakhaby-Tousart-Kemen-Malbranque-Labidi-Ghezzal-Kalulu-Paye



 


Benoit Drevet (@DrevetB)


>> Voir le Tableau du Mercato Lyonnais


Add a comment


Mis à jour ( Mercredi, 02 Septembre 2015 22:46 )
 
Le Tableau du Mercato Lyonnais : Transferts et rumeurs
Écrit par Viv    Jeudi, 30 Juillet 2015 15:36   


Rumeurs d’arrivées


Rumeurs de départs


Nkoulou (défenseur, Marseille)
Bussmann (défenseur, Metz)
Mandi (défenseur, Reims)
Heurtaux (défenseur, Udinese)
Simunovic (défenseur, Dinamo Zagreb)
Guerreiro (défenseur, Lorient)
Hernandez (défenseur, Athético Madrid)
Eysseric (milieu, Nice)
Belhanda (milieu, Dynamo Kiev)
Lopes (milieu, Manchester City)
Masuaku (défenseur, Olympiacos le Pirée)
Gil (défenseur, Corinthians)
Zapata (défenseur, Milan AC)


Koné
(Fulham, Allemagne)
Ghezzal (GFC Ajaccio)
Grenier (Arsenal)
Mvuemba
Bedimo (WBA, Trabzonspor)
Rose (Bordeaux, Atalanta, Serie A)



Arrivées définitives


Départs définitifs


Morel (défenseur, libre, Marseille)
Beauvue (attaquant, 5,5M€, Guingamp)
Rafael (défenseur, 3M€, Manchester United)
Valbuena (milieu, 5M€, Dynamo Moscou)
Yanga Mbiwa (défenseur, 8M€+2M€, AS Roma)
Darder (milieu, 12M€, Malaga)
Tousart (milieu, 2,5M€+bonus, Valenciennes)
Kemen(milieu, 750K€, Newcastle)


Dabo
(libre
)
Gourcuff
(libre, Bordeaux, Rennes, Atlético de Madrid)
Si. Koné
(libre)
Bahlouli (Monaco, 3,5M€+bonus)
Yattara (Standard de Liège, 2M€+bonus)
Njie (Tottenham, 14M€+3M€ bonus+10% revente)
Zeffane (Rennes, 1M€+20% revente)
Benzia (Lille, 1M€+40% revente)




                 

Add a comment


Mis à jour ( Lundi, 31 Août 2015 23:35 )
 


Page 1 de 5

Partager cet article