L'actu du Lundi 4 Février

Voir aussi... OL 2-1 PSG : L'After

Lopes, gardien ayant le plus joué en L1 depuis 5 ans

Football-observatory.com

Anthony Lopes (Lyon) est le gardien ayant joué le plus de minutes en Ligue 1 française lors du dernier lustre. Il devance Benoît Costil (Rennes et Bordeaux) et Stéphane Ruffier (St-Étienne). L’éternel Vitorino Hilton (Montpellier) est en tête de classement pour les joueurs de champ. Derrière le double champion de France il y a deux autres défenseurs centraux très expérimentés : les Guingampais Christophe Kerbrat et Jérémy Sorbon.


Classement Europe :


 


 

Lopes, Dembele et Genesio dans l'Equipe type de la 23e journée

Twitter.com

 


 

Ça y est, Aulas a trouvé son directeur sportif

Foot01.com

Titulaire contre le Paris Saint-Germain dimanche soir, Moussa Dembélé a réalisé une performance XXL, en obtenant un penalty après avoir inscrit directement le but de l'égalisation pour les Gones. Recruté pour plus de 20 ME au dernier jour du mercato estival en août dernier, l’ancien Parisien prouve que l’actuel 3e de L1 ne s’est pas trompé. Et après la belle victoire au Groupama Stadium, Jean-Michel Aulas a tenu à rendre un hommage appuyé à celui qui est à l’origine du transfert de Moussa Dembélé dans la capitale des Gaules : Florian Maurice, lequel a également contribué aux arrivées de Léo Dubois et Jason Denayer.

« Moussa Dembélé, ce n’est pas moi qui l’ai enrôlé, je n’ai fait que participer à une négociation très difficile avec le Celtic Glasgow. Mais c’est vrai qu’il nous avait beaucoup plu avant de le recruter. Nous aurions aimé prendre plus de temps pour négocier son arrivée mais cela s’était fait le dernier jour du mercato estival, dans des conditions que vous connaissez. Je voudrais tirer un grand coup de chapeau à Florian Maurice. Car dans l’équipe qui a débuté contre le PSG il y avait non seulement Moussa Dembélé, mais il y avait également Léo Dubois et Jason Denayer, qui ont fait des matchs remarquables. Quand vous faites trois recrues de ce niveau-là, vous pouvez vous dire que le recruteur, qui fait quasiment office de directeur sportif, est un super recruteur et c’est le cas de Florian Maurice » s’est enflammé un Jean-Michel Aulas totalement fan de celui qu’il considère désormais publiquement comme le directeur sportif de l’Olympique Lyonnais.


 

La valeur des joueurs a explosé !

Madeingones.com

Jeune et talentueuse, l'équipe de l'OL ne cesse d'impressionner dans les grands rendez-vous cette saison. Cela vaut aux joueurs qui la composent une poussée exponentielle de leurs cotes sur le marché...

Le joueur Lyonnais est en vogue sur le marché. On a pu le constater sur les dernières périodes de mercato, où les plus grands clubs ont tapé à la porte de l'OL au sujet des Nabil Fekir, Houssem Aouar, Memphis Depay et autre Tanguy Ndombélé. Grâce à la perspective d'un huitième de finale de Champions League, le club de Jean-Michel Aulas est encore parvenu à conserver ses joyaux cet hiver et détient désormais l'une des équipes les mieux valorisées d'Europe. Depuis le début de la saison, sa cote ne cesse de grimper.

En s'intéressant exclusivement au onze titulaire vainqueur dimanche soir du PSG (2-1), on remarque que la valeur globale (*) de la formation lyonnaise a fait un bond, passant de 328,7 millions d'euros en début de saison à 435,4 millions d'euros aujourd'hui, soit une hausse de 106,7 M€ (+32%). La valeur moyenne d'un joueur de ce XI-type est de 39,6 millions d'euros (contre 29,9 M€ en début de saison).


Memphis Depay est le mieux valorisé


Deux joueurs seulement ont vu leur valeur baisser au cours des derniers mois, et pas des moindres : Nabil Fekir (de 61,9 M€ à 35,3 M€) et Anthony Lopes (de 16,3 M€ à 14 M€). Ce paradoxe s'explique par le fait que le milieu offensif et le gardien Rhodaniens n'ont plus que dix-huit mois de contrat avec leur club formateur, ce qui les rend mathématiquement moins "bankables".

A l'inverse, Houssem Aouar (74,8 M€, soit une évolution de 23,5 M€), Ferland Mendy (35,4 M€ / +24,2 M€) et surtout Tanguy Ndombélé (65,8 M€ / +27,5 M€) ont vu leurs cotes exploser depuis le début de la saison. Memphis Depay (24 ans) reste toutefois le joueur le mieux valorisé : sous contrat jusqu'en 2021, l'attaquant aux 6 buts et 13 passes décisives cette saison est estimé à 84,3 millions d'euros. Alors qu'il a récemment fait part de ses plans de carrière ambitieux, le montant de son potentiel transfert apporterait un joli lot de consolation à l'Olympique Lyonnais.

 


 

Encore un gros coup de Bruno Genesio

RMC.fr

L'OL a disposé du PSG ce dimanche pour le compte de la 23e journée de Ligue 1 (2-1). Un succès de prestige qui met à nouveau en lumière la réussite tactique de son entraîneur depuis 2015, Bruno Genesio.

Le lourd revers au Parc des Princes n’est plus qu’un lointain souvenir. Giflés 5 à 0 par les Parisiens en phase aller (un score cruel compte tenu du contenu de la rencontre), les hommes de Bruno Genesio ont bien rebondi. Guidés par un Anthony Lopes en grande forme, les Lyonnais ont disposé du PSG malgré l’ouverture du score rapide de Di Maria (2-1), ce dimanche, en clôture de la 23e journée de Ligue 1. Pas de quoi affoler les Rhodaniens, enclins à respecter à la lettre le schéma ambitieux réfléchi par Bruno Genesio, bâtisseur de l’ombre de ce succès de prestige.


Avant Paris, le précédent Manchester City


"On a su appliquer le plan de jeu qui était prévu, on s’est créé beaucoup d’occasions en première mi-temps. Je pense qu’il était mérité de revenir au score à la mi-temps, s’est félicité Bruno Genesio en zone mixte après la partie. On a eu la chance de revenir très tôt en seconde mi-temps pour ensuite faire bloc face à la furia parisienne (…). C’est une belle soirée!".

Et pas la première de la saison. Le Lyon de Genesio s’est fait une spécialité des succès contre les cadors. Cette victoire contre Paris, la deuxième en un peu plus d'un an en Ligue 1 après le succès ponctué par Depay en janvier 2018, fait écho aux deux performances de classe contre Manchester City en Ligue des champions.


Aulas: "Pour se surpasser, il faut un grand entraîneur"


Là-encore, le technicien lyonnais avait excellé tactiquement, disposant des Skyblues en Angleterre à l’aller (2-1) avant d’arracher un nul salvateur grâce à un inattendu doublé de Maxwell Cornet (2-2). "Pour se surpasser, il faut un grand entraîneur", résume Jean-Michel Aulas, qui expliquait cette semaine que des discussions auraient lieu avant fin mars pour une éventuelle prolongation.

Cette saison, l’OL a également battu deux fois Saint-Etienne (1-0, 2-1), Marseille (4-2), Monaco (3-0) et fait match nul à Lille (2-2). Troisième de Ligue 1, le Lyon de Genesio, en fin de contrat cette saison, fait fort contre les gros. Assez pour inquiéter le Barça en Ligue des champions les 19 février et 13 mars prochains ?

 


 

Turpin, Ennjimi et l'influence d'Aulas

Maxifoot.fr

Désigné pour arbitrer la rencontre entre l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain (2-1) dimanche en Ligue 1, Clément Turpin n'a pas réalisé une grande prestation en oubliant un carton rouge évident pour Nabil Fekir en fin de match. Pour son ancien homologue Saïd Ennjimi, l'attitude du président rhodanien Jean-Michel Aulas aura eu son importance.

"M. Turpin est techniquement au point. Mais à force de faire les grands matchs, il peut se perdre dans son ego. Il gagnerait en simplicité, mais Jean-Michel Aulas sait aussi y faire. Quand ses remarques sont positives, l'arbitre est forcément sensible. C'est humain. Cela conditionne. Il est probable qu'il y ait plus de retenue sur les avertissements ou les exclusions, comme on l'a encore vu contre le PSG avec Fekir, davantage que sur les fautes en elles-mêmes", a confié le consultant de L'Équipe dans les colonnes du quotidien.

 


 

L'énorme colère de Tuchel contre l'arbitrage

RMC.fr

S'il s'est montré plutôt positif sur le contenu malgré la défaite du PSG sur le terrain de l'OL ce dimanche soir (2-1), Thomas Tuchel en avait gros sur le coeur concernant l'arbitrage. En conférence de presse, le technicien allemand s'est plaint de la faute de Nabil Fekir sur Leandro Paredes... et de scénarii qui se répètent.
 
La faute de Mbaye Niang sur Thilo Kehrer dimanche dernier, lors de la victoire du PSG contre Rennes (4-1), restait visiblement dans un coin de la tête de Thomas Tuchel. Pas inquiet au sujet de la défaite de son équipe sur le terrain de l'OL ce dimanche (2-1) lors de la 23e journée de Ligue 1, le technicien allemand a pesté contre l'arbitrage, notamment à propos d'une grosse faute de Nabil Fekir sur Leandro Paredes en fin de match.


"Chaque match, la même chose..."


"Vous avez vu? C'est à chaque match maintenant! Le dernier match, c'est presque la fin de carrière de Thilo Kehrer, un centimètre et c'est fini! Et aujourd'hui encore, un peu plus et le genou de Leandro Paredes, c'est fini!, s'insurge-t-il. Ce n'est pas possible, par derrière comme ça... pardon mais ce n'est pas possible. Si ça méritait rouge? Pssss... vous pouvez répondre. Je ne veux pas voir 'il a dit que'... non, vous pouvez écrire, vous avez vu non? Chaque match, la même chose..."

Nabil Fekir n'a écopé que d'un carton jaune... comme Niang le week-end dernier. Scandaleux selon le PSG. Selon l'AFP, Antero Henrique et Maxwell sont allés se plaindre auprès de l'arbitre après la rencontre, pour la faute sur Paredes mais aussi ce penalty sifflé en faveur de l'OL... celui de la victoire, transformé par Fekir.

 


 

Balbir : « Lyon respecte la tradition, Paris doit gagner en humilité »

Butfootballclub.fr

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Retour sur le succès de l’OL face au PSG et la première défaite en L1 du futur champion de France.

« Dimanche soir, l’OL a battu le PSG (2-1) dans son Groupama Stadium. Sur le scénario du match, ce n’est pas du tout illogique. Est-ce vraiment surprenant ? Non. C’est presque une tradition. Lyon est gonflé à bloc au moment de recevoir Paris. Les Gones sont décomplexés, galvanisés par les résultats précédents et les déclarations du président Jean-Michel Aulas. L’OL est l’une des rares équipes en France à savoir se transcender dans les matches de Ligue des Champions. Hier, ils en ont joué un. Même menés 1-0, les Rhodaniens étaient au taquet.

Encore bravo aux joueurs et au décrié Bruno Genesio. J’espère que cette victoire face au probable futur champion de France satisfera l’exigent public lyonnais. Surtout qu’elle permet aux Gones de recoller sur le LOSC dans la course à la deuxième place.

Sur ce match, je tenais à faire une mention spéciale à Moussa Dembélé, auteur de l’égalisation et qui a provoqué le penalty du 2-1. L’ancien du Celtic avait réalisé des débuts prometteurs avant d’être très critiqué. En France, on a cette mauvaise habitude d’encenser rapidement les joueurs, en faire les nouveaux Zidane, et puis de les descendre en flammes au premier raté. Dembélé a vécu ça aussi à son échelle. L’attaquant lyonnais est un joueur imprévisible. Il est capable de sortir de sa boîte quand on ne l’attend pas mais être en dilettante face à Reims ou Strasbourg. Ce que j’ai envie de retenir, c’est qu’il est là dans les grands rendez-vous. Il marque à l’ultime seconde lors du derby à Saint-Etienne. Il retourne le match contre le PSG. C’est le type même de joueur qui peut être brillant face au Barça dans deux semaines…


« A Paris, les soucis en coulisses rejailliront forcément sur le terrain »


Concernant le PSG, certains se retrancheront derrière le fait que Neymar n’était pas là pour expliquer cette défaite. Sur le papier, il y avait quand même une équipe de qualité. Paris était bien rentré dans son match en marquant rapidement. Paris a même un peu chambré par le biais de son buteur Angel Di Maria (7e). C’est un petit geste mais c’est surtout symptomatique d’un club qui devrait gagner en humilité.

Au PSG, ce n’est pas le moment pour fanfaronner. En interne, tout n’est pas rose : le cas Rabiot a mal été géré, Paredes est arrivé mais n’est pas une sentinelle, la blessure de Neymar a mal été anticipée, on sent de la fébrilité, des tensions interne, on annonce le départ d’Antero Henrique, on voit Arsène Wenger discuter en coulisses, Thomas Tuchel tient une double communication publique et privée concernant la réintégration de Rabiot…

Plutôt que de publier des communiqués sur des sondages publiés dans la presse, Paris ferait bien de se (re)concentrer sur l’essentiel. On a beau nous dire que tout va bien sur le rectangle vert mais tout ce qui se passe de l’autre côté du rideau rejaillit forcément à un moment donné. En espérant que cela n’arrive pas sur le match de Ligue des Champions à Manchester United. Si le PSG joue à Old Trafford comme à Lyon, sans doute que les Franciliens marqueront au moins une fois mais ils peuvent aussi s’incliner là-bas. Il n’y a qu’à voir la fébrilité d’Alphonse Aréola sur l’égalisation lyonnaise pour s’en convaincre.»

Voir aussi... OL 2-1 PSG : L'After

 

Contribuez à la survie de 100%OL avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on mercredi, 06 février 2019 23:45