L'actu du Mardi 7 Avril

L'actu du Mardi 7 Avril

Reine-Adélaïde parle de sa blessure, Memphis et Guimaraes

Francefootball.fr

Le 15 décembre dernier, contre Rennes (0-1), le transfert récent le plus probant de l'OL, Jeff Reine-Adelaïde, quittait son équipe, victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit. Il a repris, joyeux, l'entraînement avec ballon le 23 mars, en plein confinement, et nous raconte ses mois de galère et surtout d'espoir. Extraits.

Sa blessure

«Ç'a lâché tout seul. Je me souviens que je faisais une passe, en l'exécutant, j'ai ressenti une douleur. J'ai tout de suite pensé que c'était grave parce qu'on connaît bien son corps et surtout, je ne pouvais plus continuer.»

Memphis Depay

«Déjà, à la base, on s'entendait très bien sur le terrain, on combinait beaucoup. Ce qu'il nous est arrivé nous a encore davantage rapprochés. On se parle plus souvent, chacun essaie de voir où en est l'autre même si nos protocoles sont différents. C'est un mec très sympa, très courtois, qui rigole avec tout le monde, très différent de l'image que les gens ont de lui.»

Bruno Guimaraes

«C'est un très bon joueur qui a apporté un vent de fraîcheur à l'équipe. Un joueur qui manquait dans le groupe. Sa disponibilité, sa technique, son impact physique, aussi, il récupère beaucoup de ballons, démontrent toute sa valeur. Je ne le connaissais pas, je ne l'avais jamais vu jouer.»

Lyon-Juve

«C'était un super match et le plus abouti de l'OL depuis le début de saison par rapport à l'enjeu, par rapport à l'intensité que les joueurs y ont mis et vu les difficultés qu'on a posées à la Juve.»

Sa "chance"

«Le confinement, on ne peut pas dire que c'est une chance tellement j'éprouve de la tristesse devant tout ce qu'il se passe. C'est même dramatique. Mais c'est vrai que cette situation me laisse du coup des délais plus importants. C'est mieux pour revenir au niveau.»

Ses potes angevins

«J'ai des nouvelles de toute l'équipe à commencer par le capitaine Ismaël Traoré mais aussi le coach. C'est quelqu'un d'adorable !»

 


 

Rafael a pensé rentrer au Brésil, il a choisi Lyon

Foot01.com

Au confinement chez lui à Lyon, Rafael avoue avoir hésité à quitter la capitale des Gaules. Il espère que ses compatriotes de l'OL ne regretteront pas d'être partis au Brésil.

Pour de nombreux footballeurs sud-américains de Ligue 1, le début du confinement en France a été l’occasion d’une grosse réflexion sur l’intérêt de rester dans notre pays plutôt que de rejoindre ses proches. Pour Rafael, la question s’est effectivement posée de partir de Lyon pour rentrer au Brésil en attendant des jours meilleurs. Mais ce dimanche, le défenseur de l’Olympique Lyonnais avoue, dans Le Progrès, que les choses ne lui semblaient pas plus faciles dans son pays natal. Alors c’est dans la capitale rhodanienne que Rafael vit ce confinement, contrairement à certains de ses coéquipiers et compatriotes.

Rafael se demande cependant si ces derniers n’ont pas fait une erreur en repartant rapidement au Brésil. « Au début oui, je me suis posé la question, on a regardé les vols pour Rio pour rentrer en famille, mais on a vu que le Brésil allait vivre la même situation, donc ça ne valait pas la peine. Thiago et Jean Lucas sont partis, et on n’a pas à les juger. Ils savent qu’on a une date pour reprendre ici à la fin du confinement, mais il leur faudra ressortir du Brésil. Ce sera un problème s’ils ne peuvent pas être là », explique l’ancien mancunien, qui occupe ses journées à bosser physiquement et à animer ses réseaux sociaux comme cela a été le cas avec sa célèbre photo où l'on voit avec son chien, en réponse à celle de Memphis Depay avec un bébé tigre.

 


 

Un deuxième club italien à l’affût pour Memphis Depay

Butfootballclub.fr

En fin de contrat en 2021, l’attaquant hollandais de l’OL Memphis Depay est suivi par deux clubs italiens. Jean-Michel Aulas attend 50 M€ pour lui.

Victime d’une rupture des ligaments croisés d’un genou contre Rennes (0-1) à la mi-décembre, Memphis Depay a explosé tous les temps de récupération. A tel point que le Hollandais pourrait disputer les dernières journées de championnat si la saison reprend. Mais pour l’OL, le principal problème concerne l’avenir de son attaquant.

Celui-ci est en effet lié aux Gones jusqu’en 2021. Or, s’il s’est vu proposer une prolongation de contrat par Jean-Michel Aulas, il n’y a toujours pas répondu ! Ce qui, de fait, contraindra le club rhodanien à le vendre lors de la prochaine intersaison, histoire de récupérer une indemnité.

On sait que la Lazio Rome est très intéressée par son profil. Mais a été refroidie par les 50 M€ réclamés par Jean-Michel Aulas pour son joueur. Ce mercredi, Tutto Mercato Web assure que l’AC Milan est également sur les rangs. Un club dont le prestige est déjà plus en adéquation avec l’ambition de Depay. Problème : les Rossoneri sont fauchés et non certainement pas les moyens de payer une telle somme…

 


 

Coronavirus: l'OL a également proposé de mettre à disposition le Groupama

RMC.fr
 
Comme l'OM avec le Stade Vélodrome, l'OL a proposé que son Groupama Stadium serve aux autorités ou aux soignants dans la lutte contre le coronavirus.

Une fois n'est pas coutume, l'OM et l'OL sont sur la même longueur d'onde. La semaine passée, le club phocéen avait proposé la mise à disposition du Stade Vélodrome et de la Commanderie (son centre d'entraînement), pour "des campagnes de tests de masse qui pourraient être réalisées par les autorités sanitaires dès la sortie du confinement, l’hébergement de personnels soignants, le stockage de matériels et nourriture, ou la distribution de matériels et de biens aux individus en souffrance". Le Progrès nous apprend cette fois que dans le Rhône, l'OL en a fait de même avec le Groupama Stadium.


Pas besoin de l'utiliser pour le moment


En plus d'avoir levé des fonds via sa fondation, et d'avoir mené différentes actions pour aider à la lutte contre le coronavirus, le club rhodanien a également offert à la Métropole et aux acteurs de la santé d'utiliser son enceinte, que ce soit les espaces de réception ou le parking. Mais à l'heure actuelle, l'antre de l'OL va rester déserte. "L’épidémie va durer et on a ces lieux vides pour cause de confinement, a expliqué au Progrès Maëlle Trarieux, la déléguée générale d'OL Fondation. Pour le moment, on nous a répondu qu’heureusement, on n’en était pas là."

 


 

Dégoûté, Arsenal renonce à Aouar

Foot01.com

Houssem Aouar continue de faire rêver sur le marché des transferts, et c’est en Angleterre que le numéro 8 de l’OL a la côte. Toutefois, Arsenal ne pourra pas se le payer.

Toujours en grande difficulté en Premier League, Arsenal ne rêve même plus de Ligue des Champions. Depuis le départ d’Arsène Wenger, les Gunners se cassent les dents et n’arrivent plus à se hisser au niveau ne serait-ce que du Top6 anglais. Malgré des investissements copieux comme avec Nicolas Pépé, l’alchimie ne prend pas, et les espoirs reposent donc sur Mikel Arteta, le nouvel entraineur. Celui-ci devra toutefois faire avec une enveloppe un peu plus limitée que prévue, sachant que la masse salariales des Gunners est incroyablement élevée pour un club désormais ancré au milieu de tableau. Si un départ majeur comme celui de Pierre-Emerick Aubameyang n’est pas enregistré, Arsenal devra se montrer prudent au mercato. Avec une conséquence assez terrible puisque The Sun annonce qu’un gros transfert devra être refusé à l’intersaison, si elle existe…

Manchester City et Liverpool suivent déjà Houssem Aouar, dont le profil technique avec toujours une belle marge de progression séduit les managers. Mais dans un transfert qui devrait se boucler au-delà de la barre des 50 ME, le journal anglais précise que Mikel Arteta est parfaitement conscient qu’en cas de surenchère, Arsenal n’aura pas les moyens de lutter avec des équipes qualifiés en Ligue des Champions, et avec des moyens financiers supérieurs. Tant pis donc à priori pour les retrouvailles entre Aouar et Alexandre Lacazette, Arsenal ayant toujours eu l’habitude d’attirer les joueurs français. Mais l’époque des « invincibles » avec Thierry Henry, Patrick Vieira ou Manu Petit semble désormais bien lointaine, et malgré son prestige, Arsenal ne fait plus forcément autant rêver que cela pour les joueurs venus de Ligue 1.

 


 

Salement viré en 2014, il respire depuis son retour à l'OL

Foot01.com

Membre fondateur de Bad Gones, Barth Ruzza a vécu un traumatisme lorsque l'Olympique Lyonnais l'a écarté d'OLTV il y a six ans. Son come-back est une réussite et un vrai bonheur.

Sa formule est restée célèbre pour les supporters de l’OL, et il la répétait à chaque émission en direct sur OLTV. Mais en 2014, Barth Ruzza lançait une dernière fois son « L’Olympique Lyonnais est une formidable raison d’être heureux » avant de disparaître de l’antenne. Pas besoin d’être spécialiste des médias pour comprendre que ce départ ne s’était pas fait à l’amiable, quelques échanges sur les réseaux sociaux à l’époque l’ayant clairement confirmé. Mais finalement l’OL a fait volte-face, comprenant que sa chaîne ne pouvait pas se passer de son animateur vedette, lequel est en plus un supporter acharné de Lyon. Désormais aux commandes d’OL Night System, qui comme son nom ne l’indique pas, est diffusé en début de soirée, Barth Ruzza dialogue chaque soir avec les supporters lyonnais.

Mais, répondant à une question de Jean-Michel Aulas dans les colonnes de Lyon People, l’animateur avoue que son départ de la chaîne du club il y a six ans avait été traumatisante à un point que le président de l’OL n’avait probablement pas imaginé. « Ce n’est pas très rationnel, mais c’est vrai Président. La fin de la collaboration en 2014 a été d’une violence inhumaine. Je suis tombé, bu mes vestiges jusqu’à l’écoeurement. Les amis, les vrais, ont été d’une aide céleste. Je n’avais plus rien, je suis né dans le 7e arrondissement de Lyon, vécu mon enfance dans les tours HLM de l’avenue Debourg et mon adolescence rue de Gerland. L’OL fait partie de ma vie, c’est un membre de ma famille. Je sais que c’est trop, mais c’est comme ça. Ma place est dans l’institution. C’est mon destin de Gone, fils d’immigrés italiens de Gerland. Rien ne me fait autant d’effet que l’OL. Sans l’OL, j’aurais l’impression de me raser sans miroir », explique Bart Ruzza.

 


 

Riolo lance une nouvelle pique à Jean-Michel Aulas

Butfootballclub.fr

Le journaliste Daniel Riolo estime que le monde du football n’a plus confiance dans le président de l’OL, contrairement à celui du PSG.

Ça faisait longtemps que Daniel Riolo et Jean-Michel Aulas ne s’étaient pas chamaillés alors le journaliste de RMC a décidé de rallumer le feu. Selon lui, si le président de l’OL a été éloigné par le patron de Canal+ pour les négociations concernant le virement que la chaîne cryptée doit effectuer, c’est que personne n’a confiance en lui, contrairement à son ancien meilleur ennemi Nasser al-Khelaïfi.

« Ce sont les présidents qui ont dit à Nasser d’y aller. Al-Khalaïfi a répondu ok. Pourquoi ? 1/ Parce qu’on juge qu’il est compétent sur ces dossiers. 2/ Parce qu’il n’aura pas de mal à dire à beIN : « Allonge l’oseille coco parce que tous les clubs en ont besoin. » Tu fais déjà des deals avec Canal Plus, tu en as fait pour la saison prochaine, tu es en business. La situation est tellement critique pour les clubs français, pourquoi ne pas envoyer celui qui maîtrise le mieux le dossier ? »

« Et puis, il y a ce que certains présidents m’ont dit : « je veux bien qu’on soit anti-Qatar, qu’on dise qu’il fasse cela dans leur intérêt comme tout le monde, mais Nasser al-Khelaïfi, ça fait maintenant huit ans qu’il est avec nous. C’est un mec qui fait partie de la famille du football français. C’est un mec qui s’entend très bien avec Nicollin, Rivère, Caiazzo, qui s’entend très bien avec les mecs de l’OM, avec tout le monde. Il est respecté. Et il a envie de bosser pour sauver le football français. Et s’il y a un mec à l’écart, en qui plus personne n’a confiance, c’est Jean-Michel Aulas. »

 

 

 

 

 

Last modified on mardi, 07 avril 2020 18:44