L'actu du Samedi 22 Février

L'actu du Samedi 22 Février

Voir aussi... Metz 0-2 OL : L'After

Guimarães, Tousart et Dubois charmés

Maxifoot.fr

Pour sa première apparition avec l’Olympique Lyonnais, le milieu de terrain Bruno Guimarães (22 ans, 1 match en L1 cette saison) a déjà affiché de belles dispositions contre Metz (2-0) vendredi en Ligue 1. Ses coéquipiers semblent déjà sous son charme.

"C’est un super joueur, a d’abord estimé le latéral Léo Dubois en zone mixte. Il est très serein avec la balle. Techniquement, il a beaucoup de facilités. Il va lui falloir un peu d’adaptation. Venir du Brésil dans un championnat qu'il ne connait pas n’est pas simple. Il s’en est très bien sorti face à des joueurs qui lui ont imposé un duel constant. Je suis très content qu’il soit avec nous. On va l’accompagner pour qu’il soit à son meilleur niveau."

Même son de cloche pour le milieu de terrain Lucas Tousart. "Il s’est intégré. C’est un joueur avec une belle qualité de passe, une bonne vision de jeu. Il va nous aider, il a déjà acquis de l’expérience au Brésil. Sur ce qu’il a montré, c’est encourageant, surtout pour un premier match. Il va nous aider pour la fin de la saison." L'opération séduction a bien débuté.

 


 

Rien de grave pour Dembélé

Maxifoot.fr

Nouvelles rassurantes pour Moussa Dembélé (23 ans, 25 matchs et 14 buts en L1 cette saison). Sorti en boitant et avec une tête grimaçante à la 90+6e minute vendredi contre Metz (2-0) en Ligue 1, l’attaquant de l’Olympique Lyonnais a causé quelques frayeurs dans les rangs rhodaniens.

Mais après la rencontre, son entraîneur Rudi Garcia a rassuré son monde. "Dembélé sorti en boitillant ? Il n'a rien, aucune inquiétude", a lâché le coach des Gones en conférence de presse. Une excellente nouvelle avant le 8e de finale aller de la Ligue des Champions contre la Juventus Turin mercredi.

 


 

Domenech est déjà fan de Bruno Guimaraes

Footradio.com

Attendu un peu comme le messie du côté de l’Olympique Lyonnais, Bruno Guimarães a réalisé un premier match correct lors de la victoire contre le FC Metz vendredi (2-1).

Pour ses grands débuts en Ligue 1, Bruno Guimarães a été placé dans l’entrejeu du 3-4-3 lyonnais par Rudi Garcia. Installé à la droite de Lucas Tousart en lieu et place de Thiago Mendes, qui était tribune au Stade Saint-Symphorien, le joueur de 22 ans a fait de bonnes choses. Avec 86 % de passes réussies, 65 ballons touchés, 8 balles récupérées et 9 duels gagnés, l’ancien milieu de l’Athletico Paranaense a donné le tempo à son équipe. Recruté pour 20 millions d’euros lors du dernier mercato hivernal, Guimarães a en tout cas montré qu’il avait le potentiel pour devenir rapidement un joueur important dans le dispositif de l’OL. Une théorie pleinement validée par Raymond Domenech.


Guimaraes « va donner le ton dans le jeu de l’OL »


« La note de Guimarães contre Metz ? 7/10. Il a fait un bon match. C’est un joueur qui va donner le ton dans le jeu de l’OL. Il est capable de jouer juste, d’accélérer et donner les ballons devant. Ce n’est pas un joueur qui va tourner en rond et qui va donner les ballons derrière. Pour un premier match, il découvrait le championnat de France, je lui donne une note d’encouragement. Il mérite ça », a expliqué, dans L’Equipe du Soir, le consultant et ancien coach de l’OL, pour qui Juninho a visé juste avec cet international olympique brésilien suivi par l’Atlético de Madrid.

 



Penalties : l'OL est-il favorisé ?

Lequipe.fr

Le club lyonnais s'est imposé à Metz (2-0), vendredi, grâce notamment à un penalty litigieux inscrit par Moussa Dembélé juste avant la mi-temps.

« Penalty pour Lyon ! » Peut-être avez-vous le sentiment d'avoir souvent entendu cette phrase et la sortie médiatique de Fabien Centonze, le défenseur messin, après que l'OL a obtenu un penalty juste avant la mi-temps vendredi en Lorraine (2-0), va dans ce sens. Les statistiques, si elles n'ont pas toujours de sens au moment d'analyser un match, révèlent que le club de Jean-Michel Aulas n'est pas forcément le mieux loti au moment d'obtenir réparation dans la surface.


L'étude qui démonte les idées reçues sur les penalties


Cette saison, l'OL a bénéficié de 5 penalties en Ligue 1 (4 réussis), soit moins que le PSG (8 dont 6 réussis) et Lille (5/8) et même Marseille (4/6). Et sur la durée ? Depuis 2015, Opta relève que Lyon se classe bien troisième dans le classement des penalties obtenus (40), toujours derrière Paris (47) et, plus étonnant, Toulouse (45). Depuis cinq saisons, les Lyonnais ont inscrit ainsi 8,8 % de leurs buts à la suite d'une faute sifflée dans la surface, deux fois moins que le TFC (16,5 %), « leader » dans ce domaine.

 


 

Juninho : "Matuidi n'a pas la valeur qu'il mérite"

Goal.com

Le directeur sportif lyonnais s'est exprimé concernant le milieu turinois, qui intéresserait l'OL à en croire Jean-Michel Aulas.

Juninho s'est exprimé après la victoire lyonnais à Metz ce vendredi (0-2), évoquant notamment la prestation de ses joueurs, mais également le 8e de finale de Ligue des champions contre la Juve et son milieu de terrain, Blaise Matuidi. Un champion du monde que son président a admis avoir tenté de recruter et qui l'intéresseraut toujours.

"On est contents. Je pense qu'on était très équilibrés derrière avec 3 défenseurs, a déclaré le Brésilien. Maintenant il faut se préparer à la Ligue des champions, c'est un niveau au-dessus. Rudi Garcia ? Il travaille beaucoup tactiquement."

"Mercredi (en C1), on va jouer contre une équipe favorite face à nous mais finalement le stade sera peut-être avec nous. Blaise Matuidi ? Il fait partie des joueurs qui n'ont pas la valeur qu'ils méritent. C'est un compétiteur et un champion. Dans notre vestiaire on manque de leaders. Ici, si on fait venir Matuidi, ça peut se régler, on a eu du mal à choisir un capitaine cette saison."

"Je connais sa carrière, c'est un champion du monde, je pense que dans notre effectif, c'est un joueur qui nous manque. La Juventus est favorite, elle est là pour gagner la Ligue des champions. Pourquoi pas gagner le match 1-0, s'il y a beaucoup d'énergie, de réussite, peut être qu'on va passer."

 


 

Denayer meilleur lyonnais, Bilel Ghazi n’est pas rassuré

Footradio.com

Pour son dernier match avant de recevoir la Juventus, Lyon s’est imposé (0-2) ce vendredi à Metz. Mais il y a quand même des doutes sur cette équipe de l’OL.

Au moment d’analyse le succès de l’équipe de Rudi Garcia, Bilel Ghazi, qui suit l’actualité de l’Olympique Lyonnais pour L’Equipe, estime que le meilleur joueur est un défenseur, Jason Denayer que cela n’est pas réellement un signe très positif pour l’OL. « Jason Denayer est probablement le meilleur Lyonnais sur la pelouse… D’innombrables séquences messines coupées par la qualité de son placement et la justesse de ses interventions… Pas sûr que ça soit très rassurant pour l’OL mais ça le prépare aux vagues turinoises », fait remarquer Bilel Ghazi. Pour l’Olympique Lyonnais on peut toutefois se dire que la motivation ne sera évidement pas la même mercredi face à Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers, ce match contre la Juventus étant forcément un énorme rendez-vous dans la saison de l’OL.

 


 

Aulas déplore les critiques des Messins

Maxifoot.fr

Dans une ambiance tendue, l'Olympique Lyonnais s'est imposé sur la pelouse du FC Metz (2-0) vendredi pour le compte de la 26e journée de Ligue 1. Exfiltré des tribunes, le président lyonnais Jean-Michel Aulas s'est montré compréhensif avec les supporters lorrains, mais a déploré les critiques des Messins sur l'arbitrage.

"On a vu dans les tribunes, il a fallu que je sois exfiltré. Cela traduit quelques fois la bêtise des gens, quelques fois l'inconstance par rapport à un certain nombre de process qui ne sont sans doute pas au point. Il faut non pas revoir la qualité de l'arbitrage mais peut-être la manière qui permet d'exprimer cet arbitrage. La VAR, c'est un peu long. Mais on a regardé attentivement toutes les images, il n'y a pas eu d'erreur de l'arbitre. Il y a évidemment un coup de coude qui mérite carton rouge, évidemment une main. Evidemment sur le penalty, le gardien est à un mètre de sa ligne. Je comprends que les supporters soient énervés. Que les joueurs le soient, c'est dommage", a souligné JMA en zone mixte.

 


 

Twitter : Le robot Jean-Michel Aulas plus fort que l’original !

Footradio.com

Connu pour ses messages sur Twitter, le président de l’Olympique Lyonnais a trouvé son maître, et c’est un robot.

Aucun président de Ligue 1, et peut-être même d’Europe, n’a autant de présence sur Twitter que Jean-Michel Aulas. On s’en souvient, lorsque le président de l’OL s’était lancé sur le célèbre réseau social, nombreux pensaient qu’il s’agissait d’un faux compte tant les interventions de JMA étaient parfois lunaires. Mais non, c’est bel et bien le patron de l’Olympique Lyonnais qui au fil de ses humeurs envoient des messages souvent musclés. Et même si Jean-Michel Aulas s’était un peu éloigné de Twitter depuis la venue de Juninho, il retrouve sa verve depuis quelques semaines, au moment où l’OL traverse des perturbations.

Mais le compte de JMA a donné des idées à des supporters de Lyon qui ont créé le compte Twitter JM_Aulas BOT@ByCegid qui se veut « Le premier bot défenseur de l’Institution. Almost made by CEGID ». Utilisant les services d’un outil technique qui mélange à la fois les phrases de Jean-Michel Aulas mais aussi ses cibles, le compte envoie régulièrement quelques messages plus vrais que nature. « @OL @lyoncap @leprogres quand @le progres accuse injustement et  publiquement les arbitres d’avantager l’OL on voit bien  que son intervention est politique … honte à @eddy_fleck @starragolequipe et leurs méthodes #allezlesbleu », « @ArmandgarridoA @DanielRiolo @PhilCollinsFeed votre propension à énoncer ds contre vérités est minable : cela relève évidemment d l’éthique car c faux et c 1 procès d’intention ? », sont quelques-unes des sorties inventées quotidiennement par ce robot.

 


 

Lyon a rempli sa mission avant la Juve, Reynald Pedros

Footradio.com

Vendredi soir, l’Olympique Lyonnais a ramené une précieuse victoire de son déplacement au FC Metz (2-0). Un succès qui relance l’OL dans la course au podium en Ligue 1.

Depuis le début du mois de février, le club rhodanien restait sur quatre matchs sans la moindre victoire en L1. Mais lors de cette 26e journée de championnat, Lyon a mis fin à sa mauvaise série. Grâce à ce succès acquis dans la douleur, avec des buts de Dembélé et d’Aouar dans les temps additionnels des deux périodes, l’OL a effectué une belle remontée au classement. En attendant les matchs de leurs concurrents, les Gones sont effectivement sixièmes à quatre points du podium. Une belle affaire louée par Reynald Pedros, même si l’OL n’a pas vraiment brillé dans le jeu en Moselle.


« Ils sont un peu le cul entre deux chaises »


« Pour l’OL, cette victoire, c’est un vrai bon résultat quand même. Il ne faut pas oublier que le championnat est très très important pour Lyon. Ils doivent être européens avant la fin de la saison. Ils sont un peu le cul entre deux chaises. Il y a la Ligue des Champions qui arrive, avec un match fantastique à jouer contre la Juve, où ils ne seront pas favoris. Mais il fallait quand même gagner ce match en L1 contre une équipe qui est proche de la relégation. En L1, ce n’est pas facile de gagner à l’extérieur. L’OL devait se rassurer. Et la première chose pour se rassurer, c’est le résultat, malgré tout. Le résultat est là, donc c’est très bien », a lancé, dans le Late Football Club, le consultant de Canal+, qui sait toutefois que l’OL va souffrir contre la Juve de Cristiano Ronaldo mercredi prochain lors de son huitième de finale aller de Ligue des Champions au Groupama Stadium.

 


 

Centonze regrette, mais Lyon est bien nul sans penalties

Foot01.com

En colère à la mi-temps du match de Ligue 1 face à l’Olympique Lyonnais, qui venait d’ouvrir le score sur un penalty contesté, Fabien Centonze a dérapé au micro de Canal+. Finalement, le Messin regrette une partie de ses propos.

Au coup de sifflet final, Metz a donné une consigne claire à ses joueurs : personne ne s’exprime à chaud ! Et pour cause, Fabien Centonze avait commis cette erreur à la mi-temps du match contre l’Olympique Lyonnais (défaite 2-0), juste après le penalty contesté, manqué, retiré et conclu par Moussa Dembélé après une longue intervention de la VAR. « Il faudrait quand même que les arbitres se réveillent à un moment donné ou qu'ils nous mettent des arbitres étrangers parce que là ça ne va plus du tout. Ça commence à bien faire », a lâché le latéral droit.

Au passage, le Messin ne s’est pas gêné pour balancer un énorme tacle à l’Olympique Lyonnais. « De toute façon, sans penalties, Lyon est une équipe très moyenne », a critiqué Centonze sous le coup de la colère. Une fois calmé, peut-être par ses dirigeants, le latéral grenat a fini par présenter ses excuses sur Twitter. Mais vous constaterez que le coupable, qui craint probablement une suspension, ne regrette qu’une partie de ses propos.

« Je tiens à m'exprimer afin d'éclaircir les propos que j'ai pu tenir à la pause au micro de Canal+. Si j'ai pu offenser le corps arbitral lors de cette interview (qui s'est déroulée dans la foulée du penalty transformé par l'OL), je le regrette, a publié Centonze. A ce moment, je n'avais évidemment pas encore revu les images et il a été difficile d'accepter une attente de plus de six minutes pour prendre une décision aussi importante. Ce temps d'attente particulièrement long a engendré une grande frustration qui a été difficile à évacuer. C'est au final ce que je regrette et non la décision en elle-même. » L’analyse sur Lyon n’est donc pas corrigée…

 


 

Coupe Gambardella : le PSG explose l’OL (5-1), Cherki agace

Butfootballclub.fr

Au Groupama Stadium, le PSG a corrigé l’OL ce samedi en 8es de finale de la Coupe Gambardella (5-1).

Il n’y a eu que très peu de suspense à Décines cet après-midi entre l’OL et le PSG. Emmenés par les pros Adil Aouchiche, Kays Ruiz ou Arnaud Kalimuendo, les Parisiens ont largement dominé les Lyonnais (5-1), qui avaient surclassé plusieurs jeunes éléments de l’équipe des moins de 17 ans.


Cherkli a péché par excès d’individualisme


Les Gones ont été rapidement menés après un but contre son camp de Commaret (12e), puis réduits à dix. Seul Cherki, qui frappait deux coups francs juste à côté (29e, 44e), a tenté une réaction côté lyonnais. Selon L’Équipe, le prodige de 16 ans a fini par s’agacer en seconde période, péchant par excès d’individualisme.

 

Voir aussi... Metz 0-2 OL : L'After

 

Last modified on samedi, 22 février 2020 17:26