L'actu du Mercredi 11 Septembre

Moussa Dembélé victime de Memphis Depay ?

Butfootballclub.fr

Moussa Dembélé (23 ans) ne vivrait pas très bien son statut de remplaçant régulier depuis son arrivée à l’OL. Memphis Depay n’y est pas totalement étranger.

Trois buts en trois matches. Le niveau des attaquants de l’OL serait si élevé cette saison que l’excellent bilan de Moussa Dembélé ne suffit pas à en faire un titulaire incontestable à Lyon. Arrivé l’été dernier en provenance du Celtic Glasgow, l’ancien attaquant du PSG ronge ainsi régulièrement son frein sur le banc et n’a pas apprécié d’avoir été snobé contre les Girondins avant la trêve (1-1).

L’Équipe assure ce mercredi que Dembélé commence à s’agacer de ce « manque de considération » et se pose des questions sur son avenir. Le joueur de 23 ans est surtout conscient que Sylvinho ne misera pas sur une attaque à deux têtes et a même déjà commencé à recentrer Memphis Depay. « Or Dembélé ne compte pas se muer en variable d’ajustement, explique le quotidien sportif. Mine de rien, Sylvinho va devoir gérer un cas important et épineux. » 

La plus belle réponse de l’entraîneur brésilien de l’OL ne pourrait-elle finalement pas venir d’une titularisation de Dembélé contre le PSG le 22 septembre prochain ?

 


 

Bonne nouvelle pour Sylvinho avant la reprise de la Ligue 1

Foot-sur7.fr

Le technicien brésilien de l’ OL peut se satisfaire des performances réalisées par ses poulains, notamment pour ceux convoqués en sélection nationale.

A quelques heures de la reprise de la Ligue 1, Sylvinho peut avoir le sourire. Les joueurs du coach de l’ OL ont rendu bonne copie lors de la trêve internationale. Tous les cinq Gones convoqués par leurs sélections respectivement reviennent invaincus.

Comme à son habitude ces derniers mois, Memphis Depay a encore brillé avec les Oranje. L’attaquant de l’ OL a été buteur et passeur lors du match de qualification pour l’Euro 2020. Les Pays-Bas se sont imposés (4-0). Ils finissent donc cette trève de septembre avec un deuxième succès après celui renversant contre l’Allemagne (4-2).

Le capitaine de l’ OL, Jason Desnayer, revient aussi au club avec une large victoire de la Belgique. Les Diables rouges ont étrillé l’Ecosse (4-0). Comme lui, les internationaux espoirs de Lyon ont brillé. Jeff Reine-Adelaïde et Amine Gouiri ramènent deux succès avec les Bleuets. Les Gones ont participé aux victoires de la France contre la République Tchèque (3-1) et face à l’Albanie. Le Brésilien Jean Lucas a participé au succès des U23 de la Seleçao contre le Chili (3-1).

Avec ses internationaux en pleine forme, Sylvinho peut aborder la 5e journée de Ligue 1 sereinement. Vendredi, l’ OL se déplace sur la pelouse d’Amiens. Les Gones espèrent renouer avec la victoire après une défaite (1-0, contre Montpellier) et un nul (1-1, contre Bordeaux) lors de leurs deux dernières sortis. Lyon est actuellement cinquième du championnat tandis que son futur adversaire est 18e.

 


 

Aulas réélu au board de l'ECA

RMC.fr

Ce mardi, Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, a été réélu au board de l’ECA. L’organisme, qui effectuait son assemblée générale à Genève, regroupe 246 clubs européens.

Jean-Michel Aulas reste au board de l’ECA (Association européenne des clubs). Ce mardi, à l’occasion de l’assemblée générale de l’instance organisée à Genève, le président de l’Olympique Lyonnais a été réélu pour un sixième mandat consécutif.

Le dirigeant français est membre de ce board depuis sa création, en 2008. Depuis cette date, Aulas a notamment œuvré pour la création du fair-play financier.

Outre son poste au board, l’homme d’affaires restera, au moins jusqu’en 2023, à la présidence de la commission du développement du football féminin. De son côté, Andrea Agnelli, le président de la Juventus Turin, a été confirmé dans ses fonctions de président de l’ECA.

Parmi les 24 membres de ce nouveau board, figure également le président du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaifi. Les deux dirigeants de clubs de Ligue 1 siégeront notamment aux côtés de représentants du Real Madrid, de l’Ajax Amsterdam, du Bayern Munich, ou encore de Manchester United.

Plusieurs formations françaises font partie de l’Association européenne des clubs. Monaco, Saint-Etienne, Lyon et Paris sont des membres ordinaires, tandis que Bordeaux, Montpellier, Marseille et Rennes sont des membres associés.

De son côté, Jacques-Henri Eyraud, le président de l’Olympique de Marseille, a été nommé parmi les 16 représentants de l’ECA à la Commission des compétitions de l’UEFA.

 


 

Une cible du mercato 2020 dévoilée !

Foot01.com

Ancienne pépite du Paris Saint-Germain, Odsonne Edouard fait partie de ces nombreux jeunes qui sont partis chercher leur bonheur ailleurs.

Après un passage décevant du côté de Toulouse, l’attaquant s’est fait sa place à travers un prêt puis un transfert définitif au Celtic Glasgow. S’il a récemment confié que son cœur serait toujours parisien, le Guyanais de 21 ans n’ignore pas que sa réussite actuelle avec les Hoops lui offre une belle exposition. Cela lui a permis de prendre place dans le groupe des espoirs français, et même d’apparaître dans le viseur d’un club de Ligue 1.

The Guardian annonce en effet que l’Olympique Lyonnais a décidé de suivre de près les performances d’Odsonne Edouard cette saison. Le club rhodanien, qui a un gros réseau de scouting pour repérer les jeunes joueurs qui marchent fort, ambitionne de suivre l’évolution de l’ancien du PSG dans le but de le récupérer l’été prochain. Un intérêt qui fait en tout cas du bruit en Ecosse, car si Edouard n’est pas une star en France, il possède un statut particulier au Celtic, où il reste, avec son transfert à 10 ME en provenance de Paris, la recrue la plus chère de l’histoire du club.

 


 

Ménès ne rate pas Léo Dubois pour ses débuts en Équipe de France

Butfootballclub.fr

Le défenseur de l’OL Léo Dubois a connu sa première titularisation en équipe de France face à Andorre (3-0). L’ancien capitaine du FC Nantes n’a pas marqué de points.

Les supporters du FC Nantes et de l’OL attendaient de pied ferme les premiers pas de Léo Dubois en équipe de France. Titularisé par Didier Deschamps face à Andorre, le latéral droit des Gones n’a pas su faire oublier Benjamin Pavard. Loin de là.

Dubois n’a jamais rechigné à aller de l’avant tout au long de la rencontre mais il a cruellement manqué de précision dans ses tentatives. Ses centres ont notamment rarement trouvé preneur. L’Équipe le fait remarquer dans son édition du jour en lui collant la pire note pour un Bleu sur ce match (4, ex aequo avec Olivier Giroud).

Pierre Ménès n’a pas non plus raté le défenseur de l’OL pour sa prestation d’ensemble. « Ce n’est pas que sa participation au jeu ait été mauvaise, on l’a beaucoup vu avec la balle et il a beaucoup centré, a-t-il observé sur son blog. Le problème, c’est que pas un n’est arrivé à destination. Face à un adversaire de ce niveau, c’est un souci. Je ne suis pas sûr que le Lyonnais ait marqué beaucoup de points sur ce match. » Dubois a récolté la note de 5 chez Ménès.

 


 

Féminine : L'OL se balade en Russie

RMC.fr

Ce mercredi, l’Olympique Lyonnais s’est très largement imposé sur la pelouse des Russes de Ryazan (0-9), dans le cadre des 16es de finale aller de la Ligue des champions. Grâce notamment à un triplé d’Ada Hegerberg et un de Wendie Renard, les Fenottes aborderont le match retour, le 25 à 16h30, de manière très sereine.

Champion d’Europe en titre, l’OL féminin est reparti sur des bases tout aussi impressionnantes. Ce mercredi après-midi, les Fenottes ont tranquillement disposé des Russes de Ryazan (0-9), en 16es de finale aller de la Ligue des champions. Au sud-est de Moscou, en Russie centrale, les filles de Jean-Luc Vasseur n’ont pas attendu bien longtemps avant de faire la différence, face aux championnes de Russie en titre.

Après une main adverse dans la surface de réparation, Dzsenifer Marozsan a ouvert le score, sur penalty, d’un beau contre-pied (12e, 0-1). Après un ballon en cloche d’Amel Majri sur la barre transversale, Ada Hegerberg, à l’affût, a doublé la mise (27e, 0-2), avant que Wendie Renard n’aggrave la marque, de la tête, sur un centre de Marozsan (31e, 0-3).

Amandine Henry, au second poteau, a ensuite participé à la fête, en déviant très légèrement un coup franc enroulé de l’internationale allemande, côté gauche (37e, 0-4). Dans la foulée, Hegerberg a ensuite inscrit son deuxième but de l’après-midi (39e, 0-5). Après la pause, les Rhodaniennes ont continué à dérouler face à des Russes, considérées comme étant pourtant rugueuses dans les duels.

Fauchée par la gardienne adverse dans la surface, la Ballon d’Or s’est ensuite fait justice elle-même, en transformant un penalty, à ras de terre (70e, 0-6). Sa troisième réalisation du match. Outre son but en début de rencontre, Marozsan a également délivré trois passes décisives.

La troisième trouvant la tête de Renard, pour le septième but lyonnais, le deuxième pour la capitaine des Fenottes (77e, 0-7). Amel Majri a ensuite transformé le troisième penalty obtenu par les protégées de Jean-Michel Aulas, en trouvant la lucarne (78e, 0-8). Enfin, Wendie Renard a clos le score, d’une frappe pied gauche (90e, 0-9).

Samedi dernier, l’OL avait encaissé trois buts contre le Stade de Reims en championnat, une première depuis dix ans. Cette fois, Sarah Bouhaddi a su garder sa cage inviolée. Le 16e de finale retour entre les deux formations aura lieu le 25 septembre prochain à 16h30. Alors qu’il ne devrait s’agir que d’une formalité, les Lyonnaises, favorites à leur propre succession, ont déjà peut-être en tête la finale, prévue le 24 mai prochain à Vienne en Autriche.

 


 

Tousart : « Je veux franchir un palier »

OL.fr

Après son entraîneur, c'était au tour du milieu défensif français Lucas Tousart de s'adresser à la presse, ce mercredi après-midi, au Groupama OL Training Center.

La trêve internationale

« Cela faisait depuis mes 17 ans que je n’étais pas parti en sélection. C’est assez particulier d’avoir des jours de repos supplémentaires et de s’entraîner avec un groupe restreint. Il y a un petit pincement au coeur de ne plus être en équipe de France, mais cela fait du bien de pouvoir un peu se vider la tête. »
 
Le match contre Amiens

« Le match contre Amiens est le dernier avant la Ligue des Champions et doit nous permettre de peaufiner nos automatismes. Il faudra être prêts physiquement pour aborder comme il faut cette série de matches. Les matches avant la Ligue des Champions sont toujours un peu particuliers, mais la meilleure situation possible est d’avoir de bonnes sensations avant de se lancer dans la Coupe d’Europe. Le fait de jouer vendredi nous laisse du temps pour préparer le match de mardi. Amiens n’a pas fait un bon début de championnat. Il y a eu beaucoup de changements cette saison et c’est une opportunité pour nous, il faudra appuyer là-dessus. Ils essaieront de fermer les lignes au début, mais notre qualité technique doit nous permettre de prendre le dessus. C’est à nous de mettre de la vitesse dans notre jeu de passe et de dicter le tempo. »
 
Le début de saison

« Le début de saison est plutôt bon dans l’ensemble. Il y a eu des gros changements cet été, nous sommes en période d’adaptation. Les principes sont assimilés au jour le jour et on se prépare au mieux pour chaque match, avec notamment la Ligue des Champions qui arrive bientôt. Le changement effectué cet été est plutôt bon. Les deux derniers matches sont des erreurs à ne pas reproduire à l’avenir. C’est important de terminer les matches à onze. Les deux cartons sont différents, mais on doit maîtriser nos nerfs dans certaines circonstances. Cela nous a handicapé de terminer deux fois à dix, toutes les équipes ne sont pas prêtes physiquement et cela s’est vu sur ces deux dernières rencontres. »
 
Sa situation personnelle

« J’ai bien vécu cette période. Je suis arrivé en retard à cause de l’Euro avec les Espoirs, donc j’ai découvert les nouveaux joueurs assez tard. Petit à petit, j’ai su m’imposer et le coach sait qu’il peut compter sur moi. Il connaît mes qualités et a fait des choix payants sur ce début de saison. Je suis satisfait de mes performances pour l’instant. Les mots de Juninho ont fait beaucoup de bruit, peut-être un peu trop. Ça a été mal interprété par la presse qui a sans doute amplifié la chose. Ça ne fait pas forcément plaisir, mais après avoir discuté avec lui, j’ai compris ce qu’il a vraiment voulu dire. Il l’a reconnu, c’est une erreur de communication de sa part. Ça arrive, on s’est tous déjà trompés devant les médias. Je ne reste pas sur ça, je préfère avancer. Ça fait un moment que je suis là. Avec ce qu’il s’est passé cet été, je n’ai pas forcément eu un rôle très important lors de la préparation, mais j’envisage de devenir un leader lors de la saison. Je veux franchir un palier et prendre encore plus d’importance auprès de mes coéquipiers. Je me considère plus comme un leader à travers mes actes sur le terrain. Chacun a son rôle et bien sûr que j’aimerais devenir un leader, mais pour ça, il faut jouer tous les matches. Je pense que je peux être cette sentinelle technique. J’ai la capacité de relancer, le coach me demande d’ailleurs d’être la rampe de lancement. Il veux que le jeu passe par moi lors des phases de possession. J’apprend beaucoup avec le coach et Juni. Mon style de jeu a peut-être été catégorisé ces dernières années mais moi j’essaye de progresser sur tous les aspects de mon jeu. »
 
La mentalité du groupe

« On a beau installer n’importe quelle tactique, si les joueurs n’ont pas l’envie nécessaire, ça ne va pas le faire. Le plus important, c’est l’état d’esprit et le comportement. Ça nous a posé des problèmes lors des saisons précédentes. On l’a vu lors des deux premiers matches, si tous les joueurs sont concernés, on peut faire de belles choses. Tous les joueurs faisaient les efforts ensemble et ça déclenche une dynamique positive pour le groupe. Quand on fait un pressing, ce sont aux attaquants de commencer avant que le reste de l’équipe ne suive. Sur les saisons précédentes, on n’a pas réussi à être assez proche de Paris pour les titiller. Le championnat ne se joue pas forcément lors des confrontations directes, mais plus lors des matches comme celui de vendredi. Paris ne nous a jamais permis d’être assez proches d’eux pour leur tenir tête, alors c’est à nous d’aller chercher les points pour ne pas les laisser s’envoler. »
 
La concurrence

« La concurrence ne se résume pas à un match ou deux mais sur toute la saison. Quand on fait un mauvais match, ça peut remettre en jeu la concurrence. Cette année, ça se passe plutôt bien. Le coach est très attentif à ce qu’il se passe lors des entraînements et des matches pour instaurer la concurrence la plus saine possible. On ne peut pas encore dire que j’ai tiré mon épingle du jeu, même si ce début de saison m’a boosté. Le foot est un sport collectif, mais aussi individuel dans ces phases là. On pense en équipe, mais chacun a fatalement ses objectifs personnels. »

 


 

La réponse cinglante de Bernès à Fekir

Butfootballclub.fr

Jean-Pierre Bernès, ancien agent de Nabil Fekir, a répondu au meneur de jeu, qui l’accuse d’avoir fait capoter son transfert à Liverpool.

Avant-hier dans L’Equipe, Nabil Fekir s’est longuement livré, revenant notamment sur ce transfert avorté à Liverpool à l’été 2018. L’ancien meneur de jeu de l’OL, aujourd’hui au Betis Séville, jure ne pas savoir ce qu’il s’est réellement passé mais charge tout de même son ex-agent, Jean-Pierre Bernès.

Ce dernier n’a pas tardé à réagir pour rétablir la vérité, toujours dans les colonnes de L’Equipe… « Il faut qu’il arrête son cinéma et de prendre les gens pour des imbéciles. Tout le monde sait ce qu’il s’est passé. Le transfert à Liverpool a capoté pour deux raisons. »

« La première, c’est son genou même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde, c’est l’irruption d’un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu’on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature. Entre cet épisode et la visite médicale, les dirigeants de Liverpool ont décidé d’abandonner le dossier. »

 

 

Last modified on jeudi, 12 septembre 2019 19:45